Une Leçons pour la France, de la Norvège qui force à introduire la théorie du genre à l’école !

Posted on 29/01/2014

0


L’exemple norvégien : quand la science ruine une pseudo-science

Alors que la France s’engouffre la tête la première dans un mouvement d’indifférenciation des genres, la Norvège nous montre peut-être notre avenir, ce pays ayant été désigné comme celui qui respectait le mieux l’égalité des genres. Et nous serions sans doute bien inspirés de regarder à la loupe son exemple et ce qu’il nous enseigne. Le documentaire d’Harald Eia (en fin d’article, à regarder absolument !), diffusé en 2010, est édifiant. Il montre qu’en dépit des mesures politiques qui ont été prises pour instaurer l’égalité et l’indifférenciation, les hommes et les femmes ont invariablement des centres d’intérêts très différents, et ne sont pas attirés du tout par les mêmes activités ; ainsi, en Norvège, les ingénieurs restent très majoritairement des hommes (90%) et les infirmières des femmes (90%). Harald Eia essaie alors de comprendre cette « anomalie », dans un pays où aucune discrimination n’empêche les femmes de devenir ingénieurs et les hommes infirmiers. Et il convoque pour cela une batterie d’experts mondialement reconnus.

D’après une étude monumentale menée dans 53 pays par le Professeur Richard Lippa, sur les envies professionnelles des hommes et des femmes, « il y a beaucoup de différences. Les hommes sont plus intéressés dans la réussite de domaines orientés vers la compréhension du monde, des objets comme l’ingéniérie, la mécanique. Les femmes sont relativement plus intéressées par une réussite auprès des personnes. » Pour le Pr. Lippa, il y a probablement une explication biologique à ces différences universelles, qu’on retrouve aussi bien au Pakistan qu’aux Etats-Unis, et qui ne dépendent donc pas de la culture. Le Professeur Trond Haaken Diseth observe, quant à lui, que, dès l’âge de 9 mois, les enfants se dirigent spontanément vers des jouets associés à leur genre. Il y a bel et bien, selon lui, des dispositions innées selon les genres, qui seront certes modulées quelque peu par l’environnement et l’éducation. Ce que confirme le Professeur Simon Baron-Cohen, une pointure en psychopathologie du développement dans les départements de psychiatrie et de psychologie expérimentale à l’université de Cambridge. D’après lui, c’est le niveau de testostérone, quand l’enfant est encore dans le ventre de sa mère, qui produit des caractéristiques et des centres d’intérêts différents chez l’homme et la femme :

« Nous avons remarqué que plus le niveau de testostérone était élevé avant la naissance, plus le développement du langage était lent quand l’enfant était petit, moins il créait de contacts jusqu’à l’âge de 1 ou 2 ans. Un haut niveau de testostérone est associé avec un niveau de langage moins important et un développement social moins important. […] Nous avons suivi ces enfants juqu’à l’âge de 18 ans pour voir comment ils évoluaient. Nous avons découvert que plus vieux, ces enfants qui avaient eu un haut niveau de testostérone avaient plus de difficulté avec l’empathie […]. Mais ils avaient aussi plus d’intérêt pour les structures, pour essayer de comprendre le fonctionnement des objets. »

Le haut niveau de testostérone caractérise évidemment les hommes. Le documentariste norvégien va également à la rencontre du Professeur Anne Campbell, psychologue évolutionniste, qui confirme l’origine innée (génétique) des différences de centres d’intérêts entre les hommes et les femmes. En bref, les scientifiques sérieux confirment que nous sommes un mixte de nature et de culture, mais qu’il ne faut surtout pas oublier la biologie, qui est déterminante, tandis que les théoriciens du genre présupposent que la biologie n’a aucun rôle, car ils sont avant tout – c’est patent à la fin du documentaire – des idéologues.Suite au débat national qui a eu lieu en Norvège après la diffusion de ce film, l’Institut gouvernemental norvégien pour les études de Genre, l’institut NIKK, a cessé de recevoir toute subvention et a dû de ce fait fermer. Alors que la théorie du genre a, semble-t-il, déjà fait son temps en Norvège, le bon sens ayant repris le dessus, la France va-t-elle se laisser encore bercer longtemps par de telles sornettes ?

 

Voir aussi le documents sur la Norvège :

http://www.homme-culture-identite.com/article-au-coeur-des-politiques-d-egalite-entre-les-hommes-et-les-femmes-une-ideologie-demasquee-111381483.html

 

Posted in: Non classé