Expérimentations pour une néo-humanité à Saint-Ouen , alors toujours pas de théorie du genre en France ou à l’école?

Posted on 29/01/2014

0


Expérimentations pour une néo-humanité à Saint-Ouen

S’il faut donc déconstruire le genre – rendre l’homme et la femme indifférenciés -, pour ringardiser les stéréotypes, et, in fine, abolir les inégalités, comment s’y prendre ? Najat Vallaud-Belkacem s’est creusée les méninges…

JPEG - 44.1 ko
Licence Creative Commons – photo Florent Pessaud

… et elle a trouvé la solution. Inverser les rôles, ou les indifférencier, dès le plus jeune âge. Et former, n’ayons pas peur des mots, un Homme nouveau – ou, pour être plus politiquement correct, un être humain (genre neutre) nouveau.

L’expérimentation a commencé depuis 2009 à la crèche Bourdarias, à Saint-Ouen : l’équipe pédagogique se mobilise pour déconstruire les stéréotypes de genre qui assignent les enfants à des rôles différents en fonction de leur sexe ; pour ce faire, elle propose aux enfants de changer leurs habitudes de jeu. « On encourage les filles à manier le marteau à l’atelier bricolage, et les garçons à s’exprimer à l’atelier émotions », explique David, un des éducateurs. Dans la bibliothèque, les histoires pour la sieste s’intitulent par exemple : Le Papa qui avait dix enfants. 
En visite le 7 septembre 2012 dans cette école d’avant-garde, la ministre des Droits des femmes a déclaré, réjouie : « On peut, même quand on est un garçon, laver les bébés, leur mettre les couches, on peut, même quand on est une fille, jouer au soldat, à la guerre« . Najat Vallaud-Belkacem et Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, ne cachent pas leur désir de voir se multiplier ce type de dispositif. La Ligue de l’enseignement va d’ailleurs compléter l’expérience avec une pièce de théâtre, Le Goal s’appelait Julie, dans les écoles parisiennes à partir de mai 2013.

En 2013, dans ces questionnements sur le sexisme et le genre, on en revient, l’air de rien, à des débats qu’on avait déjà en l’an 2000 dans la fameuse émission populaire d’Evelyne Thomas « C’est mon choix« , avec un invité à l’époque décoiffant, un certain Alain Soral, aux prises avec de coriaces féministes : Roselyne Bachelot, femme politique, et Françoise Rey, auteur de romans érotiques. Attention, émission culte !

Posted in: Non classé