Le Calife de la Communauté musulmane Ahmadiyya prononce un discours historique au Parlement européen

Posted on 26/08/2013

0


Le Chef spirituel et cinquième Calife de la Communauté musulmane Ahmadiyya, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad, a prononcé un discours historique au Parlement européen à Bruxelles le mardi 4 décembre 2012 devant une salle comble de plus de 350 invités représentant 30 pays.

L’événement était organisé par le groupe récemment créé, « Les Amis des Musulmans ahmadis au Parlement européen », dont le président et les vice-présidents sont montés sur scène pour accueillir Hadhrat Mirza Masroor Ahmad. Martin Schulz, le président du Parlement européen, a également tenu à rencontrer Sa Sainteté.

Dans un discours de trente-cinq minutes, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a incité l’Union européenne à préserver son unité, abordé la question de l’immigration croissante dans les pays occidentaux, plaidé en faveur de relations internationales égalitaires et parlé longuement sur les enseignements majeurs de l’Islam à propos de l’instauration de la paix mondiale.

Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a expliqué que de nos jours, beaucoup de personnes considèrent l’Islam comme une religion qui fait l’apologie de la violence et de l’extrémisme et la tiennent pour responsable des nombreux conflits qui ont lieu dans diverses parties du monde. Il a dit qu’une telle allégation était particulièrement injuste étant donné que la définition même du terme ‘Islam’ était «paix» et «sécurité».

Le Calife s’est exprimé sur les préoccupations globales au sujet du niveau croissant de l’immigration vers les pays occidentaux.

Faisant une analyse détaillée, Sa Sainteté a affirmé que ce problème conduisait à répandre ‘l’agitation’ et

‘l’anxiété’. Sa Sainteté a tenu à la fois les immigrants et les populations autochtones responsables de cet état de conflit ; quand les premiers provoquent de nombreux habitants locaux en refusant de s’intégrer, certaines sections de la société locale sont intolérantes face aux étrangers. Il a déclaré que les conséquences de cette division étaient de grande envergure et a ainsi app

elé toutes les parties à travailler ensemble pour résoudre ces problèmes.

Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a ainsi suggéré : « Les gouvernements doivent élaborer des lois qui établissent et protègent le respect mutuel, grâce auxquels blesser les sentiments d’autrui ou leur causer tout type de dommage serait interdit. En ce qui concerne les immigrants, ils doivent arriver avec la volonté de s’intégrer à la population locale, tandis que les gens du pays doivent être prêts à ouvrir leurs cœurs et à faire preuve de tolérance. »

À propos de l’Union européenne, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a déclaré : « La formation de l’Union européenne a été une grande réussite pour les pays européens, car elle a été un moyen d’unir ce continent. Et vous devez donc faire tous les efforts possibles pour préserver cette unité […] Rappelez-vous que la force de l’Europe réside dans le fait qu’elle demeure unie et soudée dans l’unité. Cette unité sera non seulement bénéfique pour vous ici en Europe, mais au niveau mondial sera le moyen pour ce continent de maintenir sa force et son influence. »

Le Calife a parlé de l’importance de la coopération mais pas seulement au sein de l’Europe. Il a aussi appelé à l’unité mondiale. Sa Sainteté a dit ceci : « Parlant d’un point de vue islamique, nous devons nous efforcer à unir le monde entier. En terme de monnaie, le monde doit s’unir. Sur le plan des affaires et du commerce, le monde doit s’unir. Et en terme de liberté de mouvement et d’immigration, des politiques cohérentes et pratiques doivent être élaborées, afin que le monde puisse être uni.»

Le Calife a affirmé que dans ce monde moderne, aucun pays ne pouvait se permettre de rester isolé et même des superpuissances comme les États-Unis étaient dépendants du commerce international et des relations extérieures.

Il a expliqué que les pays développés ne devraient pas exploiter les nations plus faibles, mais devraient chercher à les aider à développer et à progresser.

Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a aussi évoqué les conflits dans le monde arabe et au Moyen-Orient. Il a souligné que le monde occidental avait ouvertement exprimé son outrage et son inquiétude sur la situation en Syrie et en Libye, mais qu’il ne semblait pas aussi préoccupé du sort du peuple palestinien.

Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a développé : « Cette politique constatée de deux poids deux mesures est à l’origine des griefs et de la malice qui gonflent le cœur des gens en provenance de pays musulmans à l’encontre des grandes puissances du monde. Cette colère et cette animosité sont extrêmement dangereuses et peuvent déborder et exploser à tout moment […]

Qu’il soit bien clair que je ne parle pas en soutien ou en faveur d’un pays en particulier. Ce que je veux dire, c’est que toutes les formes de cruauté, partout où il en existe, doivent être éradiquées et stoppées, indépendamment du fait qu’elles soient perpétrées par le peuple de la Palestine, le peuple d’Israël ou le peuple de tout autre pays ».

Le Calife a également critiqué le principe du droit de veto au sein des institutions internationales. Il a dit constater que l’histoire du vote des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies a démontré que dans certaines occasions le droit de veto avait été utilisé abusivement pour soutenir la cruauté, plutôt que de la prévenir.

Hadhrat Mirza Masroor Ahmad a conclu en appelant à la justice et à l’égalité. Il a rappelé : « Souvenez-vous toujours que la paix ne peut être établie qu’en aidant à la fois l’opprimé et l’oppresseur d’une manière qui est tout à fait impartiale, dénuée d’intérêts et dépourvue de toute inimitié. La paix s’établit en donnant à toutes les parties une plate-forme et une liberté de mouvement égales »

Avant le discours principal, un certain nombre de députés étaient à la tribune pour parler de leur admiration de cet Islam pacifique prôné par la Communauté musulmane Ahmadiyya.

Le Dr Charles Tannock, député européen et président du groupe « Amis de l’Ahmadiyya au Parlement européen », a déclaré que « les Musulmans ahmadis étaient un exemple bienvenu de la tolérance dans le monde. » Il a condamné la persécution des Musulmans ahmadis au Pakistan et déclaré que la devise « Amour pour tous, haine pour personne des Ahmadis » était un antidote opportun aux djihadistes extrémistes.

Tunne Kelam, parlementaire européen et vice-président du groupe « Amis de l’Ahmadiyya au Parlement européen », a déclaré qu’il participait à l’événement parce que c’était l’occasion pour lui de ‘se joindre à un mouvement d’aspiration à la paix’. Il a salué la Communauté Ahmadiyya pour ‘son rejet de toute forme de violence et de terrorisme’ et s’est engagé à soutenir la communauté dans le monde.

La Baronne Sarah Ludford, vice-présidente du groupe « Amis de l’Ahmadiyya au Parlement européen », a parlé de sa relation à long terme avec la Communauté Ahmadiyya au Royaume-Uni. Elle a soutenu que la devise de la Communauté était ‘une inspiration dont nous avons désespérément besoin dans le monde moderne.’

Claude Moraes, vice-président du groupe « Amis de l’Ahmadiyya au Parlement européen », a quant à lui fait remarquer que l’événement avait attiré un fort taux de participation, meilleur que celui généralement obtenu pour d’autres réunions au Parlement européen.

Jean Lambert, présidente de la délégation ‘Asie du Sud’ du Parlement européen, a témoigné qu’elle continuerait à suivre avec le gouvernement pakistanais la question du droit de vote des Musulmans ahmadis au Pakistan. Elle a expliqué qu’il était nécessaire que toutes les parties aient le droit de voter librement et sans discrimination dans ce pays.

Le Président de la Communauté Ahmadiyya du Royaume-Uni, Rafiq Hayat, a également pris la parole pour exprimer son plaisir que le groupe « Amis de l’Ahmadiyya au Parlement européen » avait été lancé.

Cet événement historique a été conclu à 16h35 par une prière silencieuse dirigée par Hadhrat Mirza Masroor Ahmad.

Posted in: Non classé