RAPPORT MONDIAL 2013 Yémen

Posted on 03/02/2013

0


Le gouvernement de transition fragile qui a succédé au Président Ali Abdallah Saleh, en 2012, des manifestations de masse suivantes face à de multiples défis pour mettre fin aux violations des droits de l’homme telles que la détention arbitraire, les attaques contre la liberté d’expression et de réunion, et le déploiement d’enfants soldats. Combattre liée à la crise politique a diminué, mais des affrontements sectaires ont continué dans le nord, et les forces gouvernementales se sont battus avec la branche yéménite d’Al-Qaïda dans le sud. Le pays est confronté à une crise humanitaire croissante, avec près de la moitié de la population n’ayant pas suffisamment de nourriture.

Saleh a quitté ses fonctions en Février 2012, en vertu d’un accord négocié par la sortie du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et soutenu dans la plupart des aspects par le Conseil de sécurité des Nations Unies (Conseil de sécurité), les États-Unis et l’Union européenne les Etats membres. Dans le cadre de l’accord, le parlement du Yémen le 21 Janvier accordé l’immunité à Saleh, et ceux qui ont servi avec lui pour des crimes politiques commis pendant ses 33 ans de règne. La loi sur l’immunité viole Yémen obligations juridiques internationales pour poursuivre les graves violations des droits humains, y compris les attaques menées par les forces gouvernementales et les gangs pro-gouvernementales qui ont fait au moins 270 manifestants et des passants pendant le soulèvement.

L’accord désigné vice-Saleh, Abdu Rabu Mansour Hadi, en tant que président de transition de deux ans.

En vertu d’une ONU-animé « Mécanisme de mise en œuvre» qui sert de modèle de transition, le gouvernement est d’amener les forces-y compris la sécurité ceux qui sont gérés par Saleh parents-sous commandement civil, adopter une loi de justice transitionnelle, le projet d’une nouvelle constitution, réformer le système électoral et systèmes judiciaires, et organiser des élections générales en 2014. Il est également de convoquer une conférence de dialogue national pour régler les griefs des groupes rebelles du Nord, y compris Huthi et le Mouvement du Sud, une coalition de groupes qui cherchent une plus grande autonomie ou la sécession pour l’ex-Yémen du Sud.

Les mesures de transition ont été combattue par les loyalistes de Saleh, qui reste au Yémen en tant que chef du Congrès général du peuple. Pro-Saleh troupes et des tribus en Juillet et Août ont pris d’assaut l’Intérieur et de la Défense des ministères, ce qui incite fusillades qui ont tué 21 personnes.

La reddition de comptes

Président Hadi le 22 Septembre a autorisé la création d’une commission indépendante chargée d’enquêter sur les violations pendant le soulèvement, et de recommander la responsabilité des auteurs et de réparation pour les victimes. Un projet de loi est resté au point mort de la justice transitionnelle.

Le procès a débuté en Septembre pour 78 accusés dans l’attaque la plus meurtrière contre les manifestants de l’insurrection, où des hommes armés pro-gouvernementaux ont tué 45 et blessé 200 sur Mars 18, 2011. L’ingérence politique et absence d’enquête des preuves que les responsables gouvernementaux impliqués entaché l’accusation. La plupart des accusés clés restent fugitifs.

La détention arbitraire

Toutes les parties au soulèvement ont publié des dizaines de manifestants, des combattants, et d’autres qu’ils avaient arbitrairement détenus. Cependant, des dizaines d’autres détenus restés sous la garde des forces gouvernementales et d’opposition, et quelques-uns lors de la libération allégué torture.

ArmedConflict

Fin des combats à Sanaa, la capitale, et Taizz, mais d’autres conflits entre les différents groupes armés ont tué des dizaines de civils. Beaucoup ont été victimes de mines terrestres et les engins explosifs improvisés.

Toutes les parties au combat dans le gouvernorat d’Abyan sud-yéménites soldats et les comités populaires appuyées par des drones américains aériennes, et la branche yéménite d’Al-Qaïda et sa filiale locale, Ansar al-Sharia ont été impliqués dans des violations des lois de guerre.

Dans le nord, les rebelles se sont affrontés avec des combattants Huthi salafistes cherchent à endiguer leur prise de contrôle de Saada gouvernorat et les gouvernorats voisins. Les combats entre les forces gouvernementales et tribaux dans Arhab, en dehors de Sanaa, reflué à la mi-2012.

Les enfants et les conflits armés

À Sanaa, les forces gouvernementales et l’opposition a continué de déployer des enfants des rues, points de contrôle de patrouille de garde, et parfois se battre, en violation des interdictions internationales contre l’utilisation des enfants dans les conflits armés. Human Rights Watch ont reçu des rapports crédibles de militants islamistes et pro-gouvernementales comités populaires déploiement d’enfants soldats à Abyan.

Les forces de sécurité et les groupes armés d’opposition déployé dans les écoles à travers le pays, le placement des enfants en danger et sape l’éducation. Entre Janvier et Juin, plus de 170 écoles ont été attaquées ou soumis à un usage militaire autre pays, selon le Bureau des Nations Unies du Haut Commissariat aux droits de l’homme (HCDH).

FreedomofExpression, d’association et de réunion pacifique

La liberté de réunion expression, d’association et paisible considérablement améliorée en 2012. Cependant, des dizaines de journalistes ont été agressés ou harcelés par des individus ou des groupes armés de tout le spectre politique.

Al-Ayyam, un influent journal basé à Aden, a été fermé depuis l’assaut par les forces gouvernementales en 2010. Les affaires criminelles que l’ancien gouvernement à son encontre restent pendantes.

Le authoritiescontinuedtoprosecutejournalistson politiquement motivées frais ina courtthatfailedtomeetinternationalstandards specializedmedia d’une procédure régulière.

AbdulelahHaidarShae de Sabanewsagency est resté en prison sur des accusations de terrorisme, bien qu’il ait reçu un pardon de l’ex-président Saleh en Février 2011. Yéménite et les médias internationaux ont déclaré que le président américain Barack Obama a demandé le maintien en détention de Shae. Le tribunal spécialisé médias en Janvier 2011 Shae condamné à une peine de cinq ans après une trialmarked par proceduralirregularities.Shae avait allégué que les gouvernements yéménites et américaines avaient commis des exactions dans leur lutte contre Al-Qaïda.

Autorités ont permis à plusieurs nouveaux partis politiques et plus de 100 organisations non gouvernementales pour enregistrer et levé les interdictions sur les visites de groupes internationaux des droits de l’homme.

Crise humanitaire

Plus de 10 millions de personnes, soit près de la moitié de la population manque alimentaire suffisante, 12 millions n’ont pas accès à l’eau potable, et 1 million d’enfants souffrent de malnutrition, selon le Programme alimentaire mondial (PAM) et d’autres agences humanitaires onusiennes.

Le nombre de personnes déplacées a presque doublé pour un demi-million de personnes, principalement en raison des combats dans Abyan. En Novembre, des dizaines de milliers de personnes étaient retournées dans Abyan en dépit des maisons endommagées, brisées, des infrastructures et de la présence de mines terrestres et autres engins non explosés.

TerrorismandCounterterrorism

Yémen basée sur Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP) a mené des dizaines d’attentats meurtriers et autres attaques sur des cibles de sécurité yéménites.

AQAP et Ansar al-Sharia en Avril libéré 73 soldats du gouvernement après les avoir pris en otage pendant plus d’un mois et menacent de les tuer si les autorités ne les a pas échange de suspects de terrorisme détenus. AQAP tenu étrangers pour obtenir une rançon, y compris un diplomate saoudien et un enseignant suisse.

Ansar al-Sharia auraient commis de nombreuses exactions contre les populations des zones qu’elle contrôlait à Abyan, y compris les amputations des voleurs présumés et publiquement l’exécution des trois espions présumés en Février.

L’. USincreased frappes de drones secrètes et piloté militants AQAP airattacksonalleged, la réalisation de 25 à 83 attaques en 2012, selon le Bureau of Investigative Journalism (TBIJ), une au Royaume-Uni rapports de service public d’intérêt Les grèves ont tué au moins 173 militants et des civils, TBIJ signalé, mais le manque d’accès aux zones ciblées empêché la vérification indépendante des données, y compris le nombre de victimes civiles.

La répression contre les SouthernMovement

A Aden, Mukallah et autres points chauds du sud, les forces de sécurité utilisé une force disproportionnée contre les factions en grande partie pacifiques du Mouvement du sud, et les factions armées du Mouvement du Sud a augmenté les attaques contre les forces de sécurité.

Les forces de sécurité menacée soins de santé à Aden en forçant la suppression blessés présumés militants du Mouvement du Sud dans les hôpitaux, échangeant des tirs avec des hommes armés qui cherchent à bloquer les arrestations, et en battant le personnel médical.Des hommes armés protègent les militants présumés alimenté la violence en tirant sur les forces de sécurité sur les terrains de l’hôpital.

En Décembre 2011, les forces de sécurité a publié deux dirigeants du Mouvement du Sud, HassanBaoumandhissonFawaz, après leur détention arbitraire pendant 10 mois.

Women’sandGirls’Rights

WomeninYemengenerallyareexcludedfrompubliclifebut joué animportantroleinanti-Salehprotests.

Le plan de transition envisagé représentation «adéquate» des femmes dans toutes les instances politiques à la fois pendant et après la transition. De nombreux militants des droits des femmes yéménites sont à la recherche d’un quota de 30 pour cent.

Childmarriagesremainwidespread, exposinggirlstodomesticviolenceandtruncatingtheireducation.

Yemenhasahighmaternalmortalityrateof370deathsper100, 000livebirths.Eightwomendieeachdayfromchildbirthcomplications Sevenor.

KeyInternationalActors

EUstatesalsoprovidesignificant Amis aid.The multilatérales de donateurs Yémen en Septembre promis 7,9 milliards $ US pour faciliter la transition.

Les États-Unis se sont engagés 346 millions de dollars en aide bilatérale pour 2012, dont 185 millions de dollars pour l’aide humanitaire et le développement, le plus grand de sa non-package de sécurité à date.In mai, le président Obama a pris un décret autorisant le Département du Trésor de geler l’américaine actifs de toute personne qui «empêche» la mise en œuvre de la transition politique.

InOctober, forthethird y compris governmenttroops et milices pro-gouvernementales.

En Juin, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2051, la menace de sanctions contre ceux saper la transition. En Septembre, le Yémen a permis au Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme (HCDH) pour ouvrir un bureau à Sanaa. En Mars et Septembre, les droits de l’homme de l’ONU a appelé à la libération de toutes les personnes détenues arbitrairement, fin au recrutement des enfants soldats et des enquêtes transparentes et indépendantes sur les violations pendant le soulèvement de 2011.

Posted in: Non classé