Le Pen et la torture : l’enquête du « Monde » validée par le tribunal

Posted on 10/04/2012

0


Le président du Front national avait attaqué le quotidien pour des articles parus en 2002 faisant état, sur la foi de témoignages concordants, de sa participation à la torture pendant la guerre d’Algérie. La 17e chambre correctionnelle de Paris a reconnu « la crédibilité certaine » des faits.
Cinquante pages : par son ampleur exceptionnelle, le jugement est de poids. La 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris a relaxé Le Monde, jeudi 26 juin, et débouté Jean-Marie Le Pen de ses poursuites en diffamation. Le président du Front national s’estimait atteint dans son honneur et sa considération par des articles sur la torture en Algérie publiés les 4 mai et 4 juin 2002, avant le premier tour de l’élection présidentielle et le deuxième tour des législatives. Signés par Florence Beaugé, spécialiste de l’Algérie au Monde, ils faisaient état, sur la foi de témoignages concordants, de la participation de M. Le Pen à la torture pendant la guerre d’Algérie. Alors jeune député poujadiste, le lieutenant Le Pen s’était engagé volontairement en Algérie en janvier 1957 et y était resté trois mois, en pleine bataille d’Alger, en tant que chef de section d’une compagnie d’appui au 1er régiment étranger de parachutistes (1er REP).
Les faits étant amnistiés et prescrits, il ne s’agissait pas, pour le tribunal, de dire si Jean-Marie Le Pen avait effectivement torturé en Algérie mais si Le Monde disposait d’éléments suffisants pour le croire. Seule pouvait donc être jugée la bonne foi du journal : les écrits doivent alors, selon la jurisprudence, obéir à un but légitime, ne pas être inspirés par une animosité personnelle, respecter la prudence dans l’expression et être le fruit d’une enquête sérieuse et approndie. Après avoir étudié ces quatre critères, le tribunal, présidé par Edith Dubreuil, conclut dans son jugement que Le Monde doit « bénéficier de l’excuse de bonne foi, compte tenu du caractère concordant des témoignages que la journaliste a rapportés et des vérifications auxquelles elle a personnellement procédé, son travail n’ayant nullement consisté, comme il a déjà été dit, à établir la preuve de la vérité des faits exposés par elle – impossible en tout état de cause – mais à informer ses lecteurs sur des circonstances qui lui paraissait dignes d’intérêt et offrant une crédibilité certaine ». M. Le Pen a fait appel de la décision.
Selon le jugement, la « légitimité du but poursuivi » par le journal n’est « pas contestable dès lors qu’il s’est agi d’informer les lecteurs du journal, à la veille d’élections majeures pour le pays -l’élection présidentielle et le premier tour des élections législatives-, sur le passé d’un homme politique, candidat à la magistrature suprême, désormais en lice avec un seul autre concurrent, et également leader d’un parti politique présentant, sur le territoire national, de nombreux candidats à la députation ».
Le tribunal constate que le journal « n’a pas fait preuve d’animosité personnelle particulière » à l’égard de Jean-Marie Le Pen, même si la raison d’être d’une publication,  » dans une société démocratique, est à coup sûr d’informer ses lecteurs mais aussi de faire des choix d’opinion ». Le tribunal constate également que Le Monde a respecté le principe du contradictoire et est resté prudent dans l’expression, Florence Beaugé ayant rapporté les déclarations des témoins « sans assortir leurs dires du moindre commentaire ».
Pour relaxer Le Monde, le tribunal constate surtout que le journal a effectué une enquête « particulièrement sérieuse et approfondie ». Le jugement rappelle les conditions dans lesquels Florence Beaugé a indiqué avoir travaillé. A la barre, elle a déclaré avoir consacré une grande partie de son temps aux événements d’Algérie. Alors qu’elle couvrait l’actualité, le passé surgissait sans cesse, et avec lui des noms, dont celui de Le Pen, « associé à une très grande violence ». Elle a recueilli des témoignages de victimes de la torture, puis de tortionnaires : les révélations du général Massu, les dénégations du général Bigeard, les aveux du général Aussaresses. Ces témoignages sur les exactions qu’aurait commises la section du lieutenant Le Pen, la nuit du 2 au 3 février 1957 dans la casbah, ont été publiés.
Pour appuyer ses dires, Le Monde a produit à l’audience un poignard sur le fourreau était écrit : « J.M. Le Pen 1er REP ». Ce poignard avait été remis au journal par Mohammed Cherif Moulay, le fils d’Ahmed Moulay, haut responsable politico-militaire du FLN. Il l’avait retrouvé dans la maison où son père avait été torturé à mort en présence de Jean-Marie Le Pen, dans la nuit du 2 au 3 mars 1957, alors que lui-même était âgé de 12 ans.
A la barre, il a raconté qu’une unité de parachutistes dirigée par un homme qu’il avait identifié plus tard comme étant le lieutenant Le Pen avait surgi dans sa maison de la casbah. Il a aux juges avoir vu son père subir le supplice de l’eau, qui consiste à noyer la victime en lui administrant de force des litres d’eau savonneuse, puis de l’électricité. Il l’avait ensuite retrouvé criblé de balles, le ventre encore gonflé. Le tribunal remarque que ce poignard produit à l’audience « apparaît semblable à ceux que portaient les officiers en activité appartenant à d’autres régiments également placés sous le commandement du général Massu -dont dépendait le 1er REP-« .
L’avocat de Jean-Marie Le Pen, pour qui les témoignages recueillis à l’audience sont d’odieux mensonges, avait déclaré à l’audience qu’étant chargé de « l’exploitation du renseignement et des arrestations », le lieutenant n’avait jamais eu pour mission de procéder à des interrogatoires et ne s’était jamais rendu dans la casbah, laquelle n’était pas dans le secteur d’affectation du 1er REP. Le général Martin, alors capitaine, était venu le confirmer à la barre.
Cependant, le tribunal souligne que le général Aussaresses, en écho aux écrits du général Massu, avait écrit dans une attestation produite à l’audience que les régiments n’étaient pas cantonnés à leur secteur : « On dépassait les vanités personnelles pour donner la priorité au rendement. » De même, assurait le général Aussaresses dans cette même note, les interrogatoires pouvaient être menés « par des officiers qui n’étaient pas forcément des officiers de renseignement. » « Il doit en être conclu,note le tribunal, que si, comme l’a souligné à la barre le général Martin, la ville d’Alger avait bien été à l’origine, divisée en secteurs d’intervention précis réservés à chaque régiment, ce découpage avait très vite été oublié dans la pratique au profit de l’efficacité des recherches à effectuer, à partir des informations obtenues sur telles personnes ou telle opération signalée ».
Le tribunal estime que Florence Beaugé a eu connaissance de nombreux témoignages « allant dans le même sens »
Marion Van Renterghem

Posted in: Non classé