CITOYENS A VOUS DE JUGEZ LE POT DE TERRE CONTRE LE POT DE FER (Les déclarations du 5 févr2012 par Claude Guéant et la réponse du Serge Letchimy)

Posted on 08/02/2012

0


Claude Guéant persiste et réaffirme que « toutes les cultures ne se valent pas » :

Le ministre de l’intérieur, Claude Guéant, a réaffirmé dimanche 5 février que « toutes les civilisations ne se valent pas », confirmant ses propos controversés tenus la veille lors d’un colloque organisé par l’association étudiante de droite UNI à l’Assemblée nationale.

« Toutes les civilisations, toutes les pratiques, toutes les cultures, au regard de nos principes républicains, ne se valent pas », a-t-il répété dimanche sur France Inter. Bien que ne visant « aucune culture en particulier », il a alors fourni deux exemples se rapportant à l’islam. « Se pose la question de l’interdiction du voile intégral à l’Assemblée nationale. Eh bien, la majorité vote l’interdiction du voile intégral et le Parti socialiste ne participe pas au vote », a-t-il déclaré.

« Autre exemple, les prières de rue, a poursuivi le ministre. J’ai entendu un responsable socialiste très important dire que ça ne gêne personne ; mais si, ça gêne beaucoup de Français. Mais ça gêne surtout un principe, celui de la laïcité. Et nous, nous avons interdit la prière de rue » qui « est une expression de civilisation ».

« Au regard des valeurs que porte la France et que, je crois, portent tous les partis républicains en France, il y a des civilisations que nous préférons », a ajouté l’ancien préfet. « Pour nous, tout ne se vaut pas. » M. Guéant a conclu, en haraguant une dernière fois ses adversaires politiques : « Est-ce que le parti socialiste trouve qu’une civilisation qui asservit la femme, qui bafoue les libertés individuelles et politiques, qui permet la tyrannie est une civilisation qui a la même valeur que la nôtre ? Qu’ils répondent ! » M. Guéant a ensuite repris sensiblement les mêmes arguments dans un entretien au Figaro, se disant surpris que ses propos provoquent une polémique.

Plus tôt sur RTL, Claude Guéant avait affirmé qu’il « ne regrett[ait] pas » sa déclaration de samedi sur l’inégalité supposée des civilisations. « Je ne la regrette pas mais je regrette que certains à gauche continuent à extraire des petites phrases de leur contexte et enlèvent ainsi la dignité du débat démocratique », a déclaré le ministre.

« Cela veut dire très clairement que, pour nous, tout ne se vaut pas. Pour la gauche, apparemment, si j’en juge par les réactions que j’ai entendues ce matin, tout se vaut », a ajouté M. Guéant. Interrogé pour savoir si « notre civilisation était inférieure » quand la France n’accordait pas le droit de vote aux femmes (avant 1945) ou pratiquait la peine de mort (avant 1981), il a répondu : « Je dis très clairement qu’elle était inférieure à ce qu’elle est aujourd’hui. »

« TOUTES LES CIVILISATIONS NE SE VALENT PAS »

La veille, Claude Guéant avait déclenché une vive polémique en affirmant, lors d’un colloque organisé à l’Assemblée nationale par l’UNI, que « toutes les civilisations ne se valent pas » et en appelant à « protéger notre civilisation ».

« Il y a des comportements, qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l’homme, a-t-il déclaré. Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation. »

Très rapidement, la phrase s’est répandue sur Internet, provoquant des réactions indignées. « Cette phrase a été prononcée à l’occasion d’un discours absolument républicain dont tout l’enjeu était de condamner les civilisations qui ne respectent pas la liberté de conscience, la liberté d’expression et l’égalité entre les hommes et les femmes », a fait valoir auprès de l’AFP l’entourage du ministre.

Selon le président de l’UNI, Olivier Vial, « ce discours très général, très serein, posé et républicain a été prononcé dans une configuration de colloque, pas de meeting ». « Il n’avait aucune vocation à être polémique, ce n’était pas une harangue », a assuré M. Vial, affirmant que « la petite phrase a été totalement sortie de son contexte ».

M. Guéant ayant « insisté sur les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, c’est un discours dans lequel tous les Français se reconnaissent », a encore commenté M. Vial. « En effet, on peut dire qu’il y a des civilisations différentes à nos yeux. On peut considérer que la civilisation des talibans, ce n’est pas comme la civilisation française, il n’y a rien de choquant », a-t-il ajouté à titre personnel.

Ce que Serge Letchimy a vraiment dit :

Voici l’intervention de Serge Letchimy dans son intégralité : « Nous savions que pour M. Guéant la distance entre immigration et invasion est totalement inexistante et qu’il peut savamment entretenir la confusion entre civilisation et régime politique. Ca n’est pas un dérapage, c’est une constante parfaitement volontaire. En clair, c’est un état d’esprit et c’est presque une croisade. M. Guéant vous déclarez du fond de votre abîme, sans remord ni regret, que toutes les civilisations ne se valent pas. Que certaines seraient plus avancées voire supérieures. » « Non M. Guéant, ce n’est pas « du bon sens », c’est simplement une injure qui est faite à l’Homme. C’est une négation de la richesse des aventures humaines. C’est un attentat contre le concert des peuples, des cultures et des civilisations. Aucune civilisation ne détient l’apanage des ténèbres ou de l’auguste éclat. Aucun peuple n’a le monopole de la beauté, de la science du progrès ou de l’intelligence. Montaigne disait « chaque homme porte la forme entière d’une humaine condition ». J’y souscris. Mais vous, monsieur Guéant, vous privilégiez l’ombre. » « Vous nous ramenez, jour après jour, à des idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et colonial. Le régime nazi, si soucieux de purification, était-ce une civilisation ? La barbarie de l’esclavage et de la colonisation, était-ce une mission civilisatrice ? » « Il existe, M. le premier ministre, une France obscure qui cultive la nostalgie de cette époque, que vous tentez de récupérer sur les terres du FN [À ce moment-là,François Fillon se lève et part, suivi du gouvernement]. C’est un jeu dangereux et démagogique qui est inacceptable. Il existe une autre [France], celle de Montaigne, de Condorcet, de Voltaire, de Césaire ou d’autres encore. Une France qui nous invite à la reconnaissance, que chaque homme… »