La commission des droits de l’homme tire le signale d’alarme, les atteintes contre les musulmans sont en progressions.

Posted on 17/01/2012

0



Les propos du ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, sur «l’accroissement» des musulmans en France vont-ils provoquer une nouvelle flambée d’islamophobie ? D’après des chiffres que Libération s’est procurés, les agressions antimusulmanes sont en hausse.

‘Débats’
Ces données sont probablement sous-estimées. Pour que ces actes soient répertoriés, il faut que les victimes portent plainte, que le commissariat enregistre ces faits comme ‘antimusulmans’ et qu’il les fasse remonter au ministère.
Elles confirment en tout cas la tendance relevée par la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) dans son rapport 2010, rendu public hier : ‘une hausse des atteintes à la communauté musulmane’. Treize lieux de culte musulmans ont été visés contre six en 2009. Explication de la CNCDH : ‘La fin 2009 et l’année 2010 ont été ponctuées par des débats de société sur la construction de minarets, le port du voile intégral et l’identité nationale, ce qui a pu alimenter un sentiment antimusulman.’
Cette augmentation des actes islamophobes est d’autant notable qu’elle s’inscrit dans un contexte de baisse des actes racistes. Alors que ‘l’année 2009 avait été marquée par une augmentation importante des actes et menaces à caractère raciste, 2010 marque un recul’, relève la CNCDH. En baisse de 13,6% par rapport à 2009, 886 faits à caractère raciste et xénophobe ont été dénombrés. L’antisémitisme a diminué alors qu’il avait très fortement augmenté en 2009 après l’offensive israélienne sur la bande de Gaza.
Comme chaque année, le rapport comprend un sondage. Les résultats sont inquiétants. Alors que la CNCDH soulignait dans son rapport 2009 que ‘les préjugés racistes n’augmentaient pas en France’, l’analyse des enquêtes des instituts Sofres (1) et CSA (2) montre, ‘pour la première fois depuis plusieurs années’, une hausse de l’intolérance. La méfiance envers les musulmans augmente, comme le rejet des étrangers, et le sentiment que l’intégration est un échec.
‘Décomplexion’
Et les politiques n’y sont pas pour rien. Martine Brousse, vice-présidente de la CNCDH, déplore ‘une forme de décomplexion [du racisme] dans le discours politique’. Pour Régis de Gouttes, de la CNCDH, ‘il faut que les hommes politiques prennent conscience de l’impact de leurs déclarations sur la cohésion sociale’.
(1) Etude qualitative portant sur 30 entretiens réalisés entre le 9 et le 14 décembre.
(2) Réalisé en face à face, du 11 au 14 janvier, auprès de 979 personnes.
Catherine Coroller
Source: Libération