Persécution des minorités religieuses

Posted on 16/01/2012

0


les chrétiens demandent la création d’une province séparée
Avec la persécution qu’ils subissent aux mains des suprémacistes musulmans, on peut comprendre les chrétiens de vouloir vivre dans une province distincte. La province du Penjab compte 20 millions de chrétiens. A l’époque de la partition de l’Inde, les chrétiens avaient soutenu la division du Penjab entre le Pakistan et l’Inde, sur la foi de l’assurance donnée par Ali Jinnah, fondateur du Pakistan, qu’ils jouiraient des mêmes droits que les musulmans…

___________________________

Le Dr Nazir S Bhatti, chef du Pakistan Christian Congress (PCC), a déclaré que les Pakistanais chrétiens, au nombre de 20 millions, ont le droit constitutionnel de réclamer la division du Penjab, une unité administrative de la Fédération du Pakistan, afin de créer une province séparée pour les chrétiens.

Dans un communiqué publié aujourd’hui, le Secrétariat central du PCC exhorte les chrétiens du Pakistan à élever leur voix avec force et à mener une campagne pacifique pour la division du Penjab afin de permettre la création d’une province séparée pour les chrétiens, ajoutant qu’une telle demande formulée pacifiquement n’est pas assimilable à une mutinerie ou à un complot. Nazir Bhatti rappelle que les chrétiens ont réclamé leur juste part des ressources de la fédération du Pakistan, et que cela leur a été refusé par les différents gouvernements, qui les ont plutôt traités comme des citoyens de seconde classe. […]

La haine religieuse interdit aux chrétiens de manger dans les restaurants et les stands appartenant à des musulmans au Penjab, une province incorporée au Pakistan grâce à l’appui des chrétiens, mais le gouvernement n’a jamais légiféré pour mettre fin à de tels abus.

«Il y a fréquemment des attaques contre la vie et la propriété des chrétiens du Penjab, des viols collectifs de chrétiennes par des musulmans influents, des enlèvements et des conversions forcées de chrétiennes, des attaques contre les lieux de culte, et des exécutions de chrétiens innocents sous prétexte de blasphème. La fréquence de ces incidents est en hausse, mais il est vraiment regrettable que les lois islamiques protègent les coupables musulmans, qui sont remis en liberté après avoir commis des crimes odieux tels que le viol, le meurtre et le pillage», a déclaré Nazir Bhatti. […]

«Dans un tel contexte de haine religieuse, d’imposition des lois islamiques aux chrétiens et d’exécutions sous prétexte de blasphème, notre demande de création d’une province séparée pour les chrétiens en divisant le Pendjab est opportune, car nous sommes le second groupe em importance au Penjab et nous avons appuyé l’ajout d’une partie du Penjab au Pakistan lors du mouvement pour la création du Pakistan», a déclaré Nazir Bhatti. […]

Source : Demand of Separate Christian Province is our constitutional right in Pakistan, Pakistan Christian Post, 26 août 2011. Traduction par Poste de veille

Rédigé le 27/08/2011 dans International, Persécution des minorités religieuses, Suprématisme islamique 15/08/2011
Indonésie : la légitime défense par un « hérétique » est pire que le meurtre par des musulmans
Les Ahmadis sont considérés comme des hérétiques par l’islam dominant et ils sont persécutés sans relâche par la Religion d’amour et de tolérance. Plus tôt cette année, des Ahmadis ont été attaqués en Indonésie par des hordes de barbares djihadistes aux cris de Allahu Akbar ! et la police complice n’a rien fait. L’un des Ahamdis blessés en tentant de se défendre, Deden Sudjana, a été puni plus sévèrement que les meurtriers par la «justice» indonésienne.

Nos impôts financent cette barbarie à hauteur de plusieurs millions de dollars par année, l’Indonésie étant l’un des pays ciblés par l’Agence canadienne de développement international.

AVIS : images explicites du djihad contre les Ahmadis de Cikeusik en Indonésie le 6 février 2011 :

_______________________

Un membre d’une secte minoritaire a été condamné à six mois de prison par un tribunal indonésien pour s’être défendu et avoir défendu d’autres personnes contre une foule de fanatiques qui avaient tué trois de ses amis.

Cette peine est plus sévère ou elle équivaut à la peine imposée le mois dernier à 12 extrémistes islamiques qui, en février, ont dirigé une foule de fanatiques violents, y compris un adolescent filmé pendant qu’il fracassait la tête d’un Ahmadi avec une pierre. Des groupes de défense des droits humains ont exprimé leur indignation face à la condamnation des victimes à des peines plus lourdes que les responsables de la violence.

Elaine Pearson, directrice adjointe de Human Rights Watch pour l’Asie, a déclaré : «Le manque de cohérence dans le traitement judiciaire de Deden Sudjana et de ceux qui ont commis des meurtres est épouvantable et sent l’injustice à plein nez. Les responsables de la mort de trois Ahmadis ont été condamnés à des peines allant de trois à six mois de prison, et Sudjana a été condamné à six mois de prison. Les Ahmadis semblent être victimes de discrimination non seulement par les militants fanatiques, mais aussi par la justice indonésienne.»

Les fanatiques de la secte sunnite majoritaire en Indonésie ont pratiquement sectionné la main gauche de Sudjana avec une machette lors des attaques du 6 février qui ont opposé une vingtaine d’Ahamadis à une foule d’environ 1500 fanatiques enragés. Une vidéo des attaques de Cikeusik tournée clandestinement a soulevé des préoccupations au niveau international lorsqu’elle a été mise en ligne dans les jours qui ont suivi l’attaque. La vidéo montre la police qui fuit la scène au moment de l’attaque par des hordes de fanatiques armés de machettes et de couteaux et hurlant des injures aux «infidèles». Une poignée d’Ahmadis ont tenté de défendre leurs propriétés avec des pierres et des frondes, mais ils ont été rapidement submergés.

Source : Outrage at Indonesian court verdict, AFP, 15 août 2011. Traduction partielle par Poste de veille

Rédigé le 15/08/2011 dans International, Persécution des minorités religieuses