UE : une nouvelle initiative pour lutter contre l’extrémisme violent

Posted on 14/09/2011

0


L’Union européenne (UE) a lancé vendredi le Réseau de sensibilisation à la radicalisation en vue d’étayer les efforts des Etats membres visant à prévenir la radicalisation violente et le recrutement de personnes à des fins terroristes.

Le réseau, dont le but est de lutter contre l’extrémisme violent, mettra en relation les principaux acteurs engagés dans la lutte contre la radicalisation dans l’UE, comme les travailleurs sociaux, les responsables religieux, les animateurs de jeunesse, les agents de police, les chercheurs et autres, qui travaillent sur le terrain auprès des populations vulnérables, a indiqué la Commission européenne dans un communiqué.

« L’Union européenne doit renforcer son action contre le risque d’expansion de l’extrémisme violent. C’est la raison pour laquelle nous inaugurons aujourd’hui le Réseau de sensibilisation à la radicalisation. Il appuiera les efforts des Etats membres destinés à mieux faire connaître le phénomène de la radicalisation et à renforcer les moyens de contrecarrer les idéologies et la propagande extrémistes », a déclaré Cecilia Malmström, la commissaire européenne chargée des affaires intérieures.

Le réseau vise à recenser les bonnes pratiques et favoriser l’échange d’information et d’expérience concernant différents aspects de la radicalisation violente comme, par exemple, le recours à l’internet et aux réseaux sociaux pour la propagande extrémiste et l’utilisation par les terroristes des technologies de l’information et de la communication, précise le communiqué.

Le réseau s’appuiera sur un forum en ligne et sur la tenue de conférences à l’échelle de l’UE pour recueillir expériences et connaissances, afin de sensibiliser davantage à la radicalisation et aux techniques de communications qu’elle utilise. Il encouragera des personnalités exemplaires crédibles et les guides d’opinion à adresser des messages positifs proposant d’autres voies que la propagande violente et extrémiste, selon le communiqué.

Le réseau prendra également part au processus décisionnel au niveau national et européen, assistera la Commission européenne et les Etats membres dans leur travaux et leur fournira des instruments appropriés pour la prévention du terrorisme.