Le 11 septembre : la lutte contre l’extrémisme international dix ans plus tard

Posted on 14/09/2011

0


LONDRES, September 12, 2011 /PRNewswire/ —

Débat au Parlement européen devant la hausse de l’extrémisme religieux et de son impact sur l’ Europe (Chicago Options: ^REURTRUSD – actualité)

Alors que le monde marque le 10ème anniversaire du 11 septembre, un groupe musulman de premier plan évoque le problème de la hausse de l’extrémisme religieux au Parlement européen en insistant sur le fait que les mesures actuelles sont insuffisantes.

Le débat du 20 septembre intitulé « Murder in the Name of God » (Meurtre au nom de Dieu) se focalise sur l’idéologienourrissant la violence et l’extrémisme religieux à l’étranger ainsi que sur l’intolérance et l’extrémisme grandissants en Europe . Bien que les attaques sur les cibles occidentales ne constituent que la partie émergée de l’iceberg, elles ont fait l’objet d’une multitude de mesures antiterroristes au cours des 10 dernières années.

Le problème sous-jacent de l’extrémisme religieux a un impact sur les vies de millions de minorités – y compris les musulmans et les chrétiens – dont la détresse est souvent ignorée car on les qualifie de « sectaires » ou, pire, de « domestiques », et il est rare qu’ils fassent la une des journaux nationaux ou internationaux.

Rafiq Hayat , Président national de la communauté musulmane ahmadiyya du Royaume-Uni, a déclaré :

« Le fondamentalisme religieux est un problème mondial – mais ses origines sont locales et se manifestent par leur propension à agresser des minorités dans un premier temps. Car les efforts de ces fondamentalistes s’inscrivent dans la durée. Ils fléchissent leurs muscles en ciblant les mosquées des musulmans ahmadi ou shia, ou encore un temple, une synagogue ou une église. Puis, comme globalement ces attaques sont ignorées à l’échelle mondiale, enhardis par leurs actions et le manque d’autorité efficace contre eux, les fondamentalistes passent alors à d’autres cibles.

« Nous avons assisté au développement de ce cancer de la terreur par le ciblage de notre communauté – des boycotts à petite échelle aux attaques aux armes à feu et à la grenade de nos mosquées au Pakistan – et au travers de la violence collective en Indonésie.

« Il est insensé pour l’Ouest de penser que les terroristes s’arrêteront au simple ciblage d’une communauté – ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. L’idéologie se propage déjà jusqu’en Europe via Internet et par satellite et il est nécessaire de faire davantage pour mettre fin à cette haine qui engendre l’extrémisme.

« Nous appelons les parlementaires à évaluer les abus des droits de l’homme et les attaques contre les minorités dans le cadre d’un problème de terreur mondiale. Il est facile d’imaginer qu’un tueur au Pakistan peut aussi être un tueur à Paris . Ce n’est qu’une question de géographie et de temps.

« Ne serait-ce que ce mois-ci à Faisalabad, un homme musulman ahmadi de 55 ans a été tué par balle suite à la distribution dans la ville de prospectus contenant une liste noire de musulmans ahmadi à abattre pour obtenir sa place au paradis. On peut se demander pourquoi cela n’a pas causé un outrage international – c’est exactement cette mentalité qui a ouvert la voie au 11 septembre. »

Le Dr. Charles Tannock , MPE,a déclaré:

« L’idéologie qui a fait naître la violence extrémiste et la violence réactive extrémiste trouve ses racines dans une interprétation déformée de la religion – que ce soit l’Islam, le Christianisme ou toute autre foi.

« Parfois, les liens avec la religion sont clairs et évidents, tandis que dans d’autres cas, ils sont subtils et plus obscurs. Cependant, dans tous les cas, ils sont utilisés afin de projeter un sens moral de devoir pour ce qui est simplement un meurtre de sang froid au nom de Dieu.

« L’expérience internationale et les récents évènements tragiques en Norvège ont démontré que l’idéologie religieuse est usurpée par les extrémistes à leurs propres fins et l’ Europe ne fait pas exception. La question reste à savoir si suffisamment de choses sont effectuées pour contrôler son développement et neutraliser ses causes racines. »

Sofia Lemmetyinen, de la Solidarité chrétienne à l’échelle mondiale (CSW), a déclaré :

« La violence et l’extrémisme motivés par la religion constituent un défi mondial et transnational, menaçant les principes du pluralisme, les libertés fondamentales et les droits des minorités. Les États ont la responsabilité de réagir face à l’extrémisme en traduisant les auteurs des crimes en justice, en dédommageant les victimes de ces violences et en soutenant les initiatives d’un dialogue collectif significatif. Nous avons besoin d’un engagement à long terme aux niveaux national et international, ainsi que d’une volonté de comprendre les causes racines sous-jacentes et les griefs sociopolitiques et économiques qui encouragent potentiellement les approches extrémistes. »

Le débat est organisé par le Dr. Charles Tannock , MPE, et le groupe parlementaire multipartite du Royaume-Uni pour la communauté musulmane ahmadiyya.

Les intervenants :

Le Dr. Charles Tannock , MPE, Membre du Comité des Droits de l’homme, du Comité des Affaires étrangères et Vice-président de la délégation du PE à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN

Le Dr. John Bew , Co-directeur du Centre international pour l’étude de la radicalisation

Shehrbano Taseer, Journaliste et fille de feu Salmaan Taseer , le Gouverneur du Pendjab ( Pakistan ) qui a été assassiné par des extrémistes religieux